debat
Samedi / Tente B / 17.00

Sauver la planète, même sans la taxe sur le CO2

Un nouvel accord sur le climat a été signé à Paris le 12 décembre 2015. La limite maximale de 2 °C de réchauffement climatique a été fixée dans l'accord ainsi que l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 °C.

Le traité oblige les États membres à élaborer des plans climat nationaux ambitieux et dont le niveau d'ambition doit augmenter avec chaque nouveau plan.

195 pays ont signé l'accord, dont la Belgique. C'était en 2015. Nous sommes maintenant en 2019 et la Belgique doit soumettre un plan climat national définitif à la fin de cette année. En attendant, les émissions de CO2 de notre pays continuent d'augmenter.

Pourquoi est-il si difficile d’arriver à un plan climat national ? The answer my friend is money !

La Cour des comptes a calculé que pour atteindre les objectifs climatiques, un investissement d'environ 40 milliards est nécessaire. Cela fait beaucoup d'argent. D'où doit-il venir ?

Le seul instrument en cours de discussion actuellement est une taxe sur le carbone. Celle-ci ne s'applique pas aux entreprises qui ressortent du système européen d'échange de quotas d'émission (et qui représentent ensemble 37 % des émissions). Elle affecterait principalement les transports (votre voiture) et les bâtiments (votre maison).

Nous aborderons donc quelques questions cruciales : une taxe sur le CO2 peut-elle permettre de réduire les émissions de 5,1 à 10 % ? Qui touchons-nous avec une taxe sur le CO2 et est-ce ceux-là que nous devons toucher ? Existe-t-il des alternatives au fonctionnement du marché ?

Toutes ces questions, ainsi que les vôtres, seront abordées à l’occasion de ce débat extrêmement intéressant.

Orateurs : Brigitte Van Gerven, Noe Lecocq, Ivo Janssen, Natalie Eggermont - Modération : Petra Heylen