Votez pour le Prix de la Solidarité 2019

Ils s'engagent pour autrui, combattent l'injustice ou travaillent en silence à un monde meilleur. Ils démontrent que la vraie nature humaine n'est ni égoïste, ni individualiste. Ces personnes ne feront pas la Une des médias. Ils ne recevront ni bonus ni médaille. Pourtant ManiFiesta va les mettre à l'honneur grâce au Prix de la Solidarité, un prix qui récompense chaque année un acte de solidarité remarquable.

Et c'est vous - oui vous - qui déciderez à qui ce prix sera attribué. Par votre vote !

Ci-dessous vous trouverez l'aperçu des 6 nominés pour le Prix de la Solidarité.

(Votez au bas de cette page jusqu'au 1er septembre)
 

 

Les nominés:

 

Carola Rackete et l’équipage du Sea Watch

Carola Rackete, 31 ans, est une capitaine allemande du bateau de sauvetage Sea Watch 3 qui a recueilli 42 migrants en mer. Elle a été arrêtée fin juin par la police italienne pour avoir forcé le blocus des eaux territoriales et accosté à l'île de Lampedusa.

Mais un mouvement de solidarité internationale s’est mis en place et a combattu la décision de la justice italienne de criminaliser l’aide d’urgence.

Carola est déclarée libre par une juge italienne le 2 juillet 2019, les deux chefs d'arrestation « résistance avec violence envers un navire de guerre » et « obstruction à la force publique » n'étant pas retenus : la juge estime notamment que le décret italien de Matteo Salvini n'est « pas applicable aux actions de sauvetage ». Elle est néanmoins toujours inculpée d’« aide à l'immigration clandestine ».

Avec Pia Klemp, autre capitaine qui sauve des vies en Méditerranée, elle est le visage de la lutte pour un accueil digne des migrants en Europe.

 

 

 
 

Collecti.e.f 8 maars

En Espagne, le 8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, est une journée de grève. Pour la première fois cette année, une action similaire a eu lieu en Belgique.

Réunies dans le Collecti.e.f 8 maars, des associations féministes ont décidé de prouver que «  sans les femmes, le monde s'arrêtait  », en Belgique comme partout ailleurs. Ce 8 mars dernier donc, de nombreuses femmes se sont levées contre la violence et le sexisme, pour des meilleurs salaires et conditions de travail, ainsi que pour le droit de disposer de leur corps.

Une première grève réussie, mais qui en appelle d'autres tant le problème de l'inégalité de genres est profond dans notre système...

 
 
 
 

Gilets jaunes

En novembre de l'année dernière, les gilets jaunes sont sortis pour réclamer plus de justice sociale, de justice fiscale, de démocratie, d'écologie. Si certains médias et politiques ont tenté de dépeindre le mouvement populaire comme étant «  raciste  », d'extrême droite, «  anti-écologique  », etc. les travailleurs en jaune ont vite démontré que c'était les politiques antisociales qui les faisaient sortir de chez eux pour manifester pacifiquement, pour occuper des raffineries ou sensibiliser les automobilistes aux rond-points.

Ce mouvement exceptionnel de par sa durée et sa spontanéité a forcé les politiques à se positionner sur le référendum (RIC) ou l'injustice fiscale. Et a surtout cherché les convergences avec les syndicats et autres organisations progressistes.

Les gilets jaunes n'ont d'ailleurs pas remisé leur signe distinctif et peuvent à tout moment reprendre la rue...

 

 

Plateforme 21 Mars

«  Le gouvernement belge pratique une politique de diviser pour régner pour poursuivre la destruction de nos droits sociaux. Nous trouvons cela inadmissible.  » C'est pour lutter contre cela que des organisations se sont rassemblées dans la Plateforme 21 Mars, Journée internationale contre le racisme et la discrimination. Point d'orgue des actions de la Plateforme  : la manifestation nationale organisée à Bruxelles le 24 mars dernier, qui a réuni plus de 5  000 personnes de toutes origines et de toutes confessions.

A noter que les syndicats ont participé à l'action, ainsi que des partis et associations progressistes.

Outre cette manifestation, la Plateforme lutte pour instaurer des tests anti-discrimination à l'emploi, pour un accueil digne des réfugiés, etc.

A l'heure d'une nouvelle poussée de l'extrême droite partout dans le monde, la Plateforme montre que le combat pour l'égalité est très loin d'être terminé...

 

 

 
 

Youth For Climate

L'année 2019 est marquée par une mobilisation mondiale pour le climat portée par les jeunes. Des jeunes qui ont décidé de prendre les choses en main afin de forcer le monde politique et économique à s'engager sur des mesures concrètes en faveur de l'environnement. En Belgique, les jeunes se sont rassemblés sous l'organisation Youth For Climate et ont fait grève chaque jeudi pour manifester.

La manifestation la plus massive a rassemblé 35  000 jeunes dans les rues de Bruxelles. Une réussite qui a poussé des parents et des grands-parents à soutenir le mouvement. Une mobilisation qui a rythmé toute cette première moitié de l'année dans beaucoup de villes du pays.

La plateforme continue le combat et a lancé un appel aux initiatives, globales et locales.

«  System change, not climate change  !  »