Raf Van Gestel

Raf Van Gestel est biochimiste et travaille chez Air Liquide Anvers depuis août 2011 dans la production d'hydrogène et de monoxyde de carbone. Il y est également représentant syndical.

C'est là que son histoire d'hydrogène a commencé. Les possibilités sont infinies, seul son employeur utilise le reformage du gaz naturel pour produire de la mauvaise façon et pour de mauvaises fins. L'hydrogène est une grosse affaire en ce moment. Les réformateurs fonctionnent depuis des mois à pleine charge, pour l'industrie du plastique et parce que les raffineries désulfurent beaucoup. L'hydrogène est donc malmené de toutes parts.

Raf s'efforce actuellement de sensibiliser les employés de toutes ces usines pour montrer qu'ils ne sont pas responsables des mauvais choix dans la production et l'utilisation des matières premières. Nous avons besoin d'une industrie du carbone. Elle doit être circulaire, dans laquelle l'hydrogène joue un rôle très important, à condition qu'il puisse être produit de manière durable. En même temps, cette industrie peut se tourner vers une industrie de synthèse au lieu d'une industrie d'analyse. Nous produirons des hydrocarbures à partir de CO2 et d'hydrogène.

En conséquence, les milliers d'employés du cluster d'Anvers continueront d'être nécessaires et l'emploi continuera d'être garanti. Il y a le savoir-faire, l'expérience et les installations. Mais on se bat contre le gain rapide de la grande capitale. En fin de compte, cela peut être ramené à la lutte de classe classique.

Ma devise : " Nous devons respecter ce qui, en fin de compte, produit notre prospérité : Le travail et notre planète."

Cela peut se faire en parfaite harmonie si nous regardons plus nos besoins que nos desiderata.