Au secours, la VRT explose

Récemment, la VRT a annoncé qu’elle allait supprimer les émissions matinales régionales sur Radio 2. La série télévisée “Thuis” sera mise en vente. Plus de 200 emplois de la chaîne sont dès lors menacés.

Le gouvernement flamand procède à des coupes sombres dans notre radio et télévision publique et se dirige de plus en plus vers la privatisation. Pourtant, la VRT est déjà l’un des médias publics les plus productifs, rentables et créatifs d’Europe. Aujourd’hui, elle coûte aux flamand.e.s 3 euros et 17 cents par mois et chaque euro investi dans la VRT rapporte 2,5 euros à la société.

Une VRT forte est bonne pour nous tou.te.s. Pour des informations et des analyses affranchies des intérêts économiques, pour des reportages sportifs accessibles à tou.te.s et bien sûr pour du divertissement destiné à toues les âges. Une radio et télévision publique forte est synonyme de programmes de qualité et d’informations indépendantes, dont les sociétés démocratiques tirent leur force. Démolir financièrement la VRT et externaliser sa programmation affaiblit notre démocratie.

Nous en discutons avec Michelle Graus de l’ACOD VRT, Sara Debroey (collaboratrice de la rédaction culture de Klara) et Johannes Studinger d’UNI MEI (le syndicat mondial).