ManiFiesta lance le billet de soutien

Pour la huitième édition de ManiFiesta, les organisateurs de la Fête de la Solidarité lancent pour la première fois un billet de soutien. Nous en avons discuté avec Mario Franssen, le tout nouveau directeur de ManiFiesta.
 
Pourquoi ManiFiesta lance-t-elle cette année le billet de soutien ?
 
Mario Franssen : ManiFiesta n’est pas pour rien la Fête de la Solidarité. La solidarité est inscrite dans notre ADN, ce que nous essayons de réaliser par des actions concrètes. Nous sommes fiers que ManiFiesta soit un festival accessible à tous et dotée d’un programme de qualité, tant sur les plans de la culture, des intervenants et de la musique. Ces dernières années, de partout, on nous disait que c’était incroyable de pouvoir organiser un tel événement pour seulement 16 euros. En effet, les économies dans le secteur de la culture et une certaine logique commerciale tirent les prix de nombreux événements vers le haut. De cette façon, évidemment, beaucoup de gens sont exclus. Nous, nous choisissons délibérément de maintenir le prix très bas.
 
Cela, nous ne pouvons le faire qu’en nous appuyant sur notre public. C’est comme ça que nous en sommes venus au billet de soutien à 25 euros. L’achat de ce billet permet aux visiteurs de montrer leur solidarité avec une initiative telle que ManiFiesta et de s’assurer que le prix d’entrée reste bas pour tout le monde sans toucher à la qualité. On peut dire que grâce au billet de soutien ManiFiesta devient encore plus solidaire qu’il ne l’était déjà.

Quelles sont les premières réactions au sujet du billet de soutien ?
 
Mario Franssen : Pour être honnête, le lancement ne s’est pas fait sans crainte. Mais les premières ventes de billets ont rapidement dissipé nos craintes. Le 1er mai les premiers billets pour ManiFiesta ont été vendus. Lorsque vous prenez le temps d’expliquer pourquoi le ticket de soutien a été lancé, l’accueil est enthousiaste. Et cela se traduit aussi dans les ventes. Environ un tiers des billets vendus sont des billets de soutien; pour les ventes en ligne, ce chiffre passe à 50 % ! Nous sommes vraiment très heureux.

Est-ce la seule façon de manifester sa solidarité à ManiFiesta ?
 
Mario Franssen : Bien sûr que non, c’est juste un petit plus. Année après année, des centaines de personnes montrent leur solidarité avec ManiFiesta en travaillant en tant que bénévole lors du montage, du démontage ou pendant les deux jours de festival. Les bénévoles sont le moteur de la fête.
 
Mais il existe aussi des formes de solidarité moins bien connues du public. Par exemple, des fédérations syndicales achètent un grand nombre de billets pour leurs militants. Ou bien des organisations et des entreprises progressistes apparaissent comme sponsors dans notre brochure du festival ou sur les affiches, les dépliants et le site web. Il y a également une bonne coopération avec le centre Staf Versluys et la commune de Bredene. De nombreux orateurs viennent bénévolement à ManiFiesta et de nombreux artistes font des efforts financiers afin que nous puissions les programmer. Ensemble, ces différentes formes de soutien font de ManiFiesta une véritable Fête de la Solidarité.

Quelles autres initiatives prend ManiFiesta pour faire vivre la solidarité ?


Mario Franssen : ManiFiesta est en lui-même une déclaration. Nous sommes très fiers de la diversité de notre public. À ManiFiesta, les visiteurs sont la preuve que la division par l’âge, le sexe, l’origine, la couleur ou la langue n’a pas de sens. Ils partagent des valeurs communes et rêvent ensemble d’une société à l’image des 99 %. Rien que cela mérite une célébration.

En outre, il y a le « Prix de la Solidarité », décerné déjà 7 fois par le magazine Solidaire avec Médecine pour le Peuple, l’organisateur de ManiFiesta. De cette façon, chaque année sont mises à l’honneur des actions syndicales, des organisations engagées et des initiatives issues de la société civile. Par ailleurs, le programme présente aussi plus d’activités qui mettent la priorité sur la solidarité. En 2016 a eu lieu la réunion de solidarité avec les ouvriers de Caterpillar qui a rassemblé beaucoup de gens.